Kukum

Dans Kukum, l’auteur, journaliste et chef d’antenne Michel Jean raconte l’histoire de son arrière-grand-mère, Almanda Siméon. À l’âge de 15 ans, elle est tombée follement amoureuse de Thomas, un Innu qui l’avait aussi remarquée. Défiant ses parents adoptifs, l’adolescente a alors pris la décision de suivre le jeune homme à la peau cuivrée de l’autre côté de Pekuakami. Elle ne connaissait pas sa langue, ni les coutumes de son peuple, mais elle était prête à le suivre là où il allait, peu importe les difficultés qui l’attendaient.

«J’ai fixé les yeux de celui qui me demandait de le suivre jusqu’au bout du monde. J’y ai vu la rivière, le lac long et, au milieu, moi et ce jeune homme aux larges épaules et au regard confiant.»

Aux côtés de sa nouvelle famille, Almanda a appris à chasser, tanner les peaux, respecter la nature et les animaux qui lui permettaient de se nourrir. Elle a réellement embrassé cette nouvelle culture si loin de celle qu’elle connaissait alors et est devenue une véritable Innue en brisant les barrières alors imposées aux femmes.

J’ai souvent critiqué les romans de Michel Jean et j’avoue avoir eu un coup de cœur total pour Le vent en parle encore dans lequel il aborde la difficile réalité qu’ont été les pensionnats autochtones dans l’histoire de son peuple. Avec Kukum, il a réussi à m’épater encore davantage. Cette grand-mère si courageuse est terriblement attachante pour le lecteur, encore plus lorsqu’on sait que les événements relatés se sont passés relativement de la manière racontée. C’est qu’elle avait du cran Almanda Siméon avec sa jupe sur laquelle elle craquait une allumette pour allumer sa pipe.

J’ai lu le chapitre final alors que j’étais dans un train, entouré de gens revenant du travail, blasés par ce qui les entourait. La dernière page m’a littéralement fait pleurer tellement les mots sont bien choisis, empreints d’émotions et de retenue pour démontrer tout l’amour qui unissait Almanda et Thomas. Seule avec mes bagages, j’essuyais mes larmes doucement, comblée par ma lecture.

Le mot de l’auteur vaut également le détour puisque cet homme ayant grandi dans un monde de blancs continue de défendre ses racines, bien ancrées dans le territoire de ce peuple si fascinant et il le fait d’une façon admirable!

Kukum, Michel Jean, Éditions Libre Expression, ISBN 978-2-7648-1344-7

Post navigation