Tous les corps naissent étrangers

Tous les corps naissent étrangers - Hugo LégerOh que j’ai pu détester le personnage de Jean-Jacques Darrieux! Il est imbu de lui-même, accro à l’argent, vraiment antipathique le bonhomme, du moins, jusqu’à ce qu’il baisse sa garde et nous laisse voir ses failles. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à l’aimer de tout mon cœur.

Jean-Jacques a une vie d’excès. Il aime l’argent, veut à tout prix s’élever au-dessus du milieu d’où il vient en écrasant ceux qui se trouvent sur son passage. Seul problème, à trop vouloir en faire, il finit par être confronté par la solitude la plus intense possible. Il a fait table rase dans sa vie. Célibataire, il a une maîtresse de luxe, il n’a plus d’amis, seulement des contacts, a coupé les ponts avec sa famille et s’est mis ses employés à dos. Lui reste son argent (beaucoup), un fils handicapé et une fanfare dans laquelle il joue de la grosse caisse; un monde où on ne le connait pas vraiment, où on ne sait pas qu’il a de l’argent.

Tous les corps naissent étrangers parle de l’amour d’un père pour son fils, mais aussi de la solitude humaine, de la honte qu’un parent peut éprouver à avoir un enfant handicapé, à ne pas l’aimer comme il le devrait. Est-ce que l’amour qu’on a pour nos enfants est inconditionnel? C’est un thème qu’Hugo Léger a voulu aborder dans son premier roman. «Est-ce que le lien de l’ADN est un ciment immédiat pour l’amour d’un parent envers son enfant?» mentionne-t-il, l’interrogation dans la voix.

À un certain moment du récit, les nuages s’éclipsent et la lumière inonde la vie de ce personnage détestable, de ceux qu’on ne peut pas vraiment haïr, de ceux qu’on aime finalement de tout notre cœur. On comprend alors toute la tristesse de Jean-Jacques et son désir intense de bonheur.

«J’avais envie de dire que la vie exemplaire n’a pas encore été inventée, on est tous à la recherche d’une perfection, mais elle n’est jamais atteignable parce qu’on est toujours à la poursuite d’une perfection plus grande. C’est une quête qui est un peu vaine, mais ce qui est paradoxale, c’est que c’est grâce à cette quête qu’on arrive à se dépasser», ajoute l’auteur que l’on espère relire très souvent dans les prochaines années.

Hugo Léger a voulu témoigner du monde qui l’entoure dans ce qu’il a de moins beau, parions que ce roman ne laissera personne indifférent et qu’une fois la dernière page tournée, vous vous demanderez ce que Jean-Jacques peux bien être en train de faire.

Cliquez ici pour acheter Tous les corps naissent étrangers en ligne

Vous aimerez aussi