Écrire le mal

Écrire le mal - Claude ChampagneDès les premières lignes de ce polar, je fus happée :

«Je n’avais pas écrit un seul mot ou presque depuis la disparition de ma fille ni même déjà tenu un journal de ma vie. Pourtant, me voici ce soir à rédiger ces lignes comme mon père avant de mourir. Après les événements d’aujourd’hui, ça a été plus fort que moi.»

Entre le roman policier et le thriller psychologique, Écrire le mal met en scène Jean Royer, un père qui a perdu sa fille, disparue il y a six ans. Cet écrivain qui vient d’hériter de la petite agence de détectives privés de son père n’a rien d’un enquêteur, mais voilà qu’il se lance à la recherche d’un cinglé qui a mutilé des animaux. Allant jusqu’à crucifier les pauvres bêtes juste en dessous d’une affiche appelant à l’aide pour les retrouver, le malade s’amuse follement face à la souffrance qu’il réussit à créer. Je l’ai détesté pour ça!

J’avais hâte de reprendre ma lecture au retour du boulot, de voir ce qui allait finalement arriver, si Jean allait retrouver sa fille, s’il allait finir par retrouver le mutilateur d’animaux. Des chapitres courts ponctuent cette merveille de Claude Champagne. Si courts que le rythme soutenu de l’intrigue nous force à tourner les pages, à lire un nouveau chapitre avant le sommeil, à poursuivre la lecture en montant les marches du métro, en marchant sur le trottoir.

Ce qu’il y a de plus terrorisant dans ce roman, c’est toute la possibilité qu’il évoque, toute la vraisemblance de l’horreur qu’un cerveau malade peut accomplir, toute l’origine du mal vivant à la porte d’à côté. Les personnages sont vrais, passionnés, attachants. J’en voudrais encore!

À lire d’une traite avec obsession!

Cliquez ici pour acheter Écrire le mal en ligne

 

Vous aimerez aussi