Le Magasin des Suicides

Le Magasin des Suicides Le suicide, ce n’est pas drôle. Mais essayons d’en rire un peu, juste pour voir.

J’aime quand, à la fin d’un livre, on me propose d’autres lectures. C’est comme ça que j’ai découvert ce livre un peu bizarre au titre des plus intriguant. Le Magasin des Suicides, c’est une boutique où vous pouvez acheter tout ce qu’il faut pour mettre fin à vos jours. Que ce soit le kit complet de sabre et kimono pour le grand jeu du hara-kiri jusqu’au poison à boire, toucher, inhaler, en passant par les lames de rasoir rouillées dont l’étiquette mentionne «Même si vous ne coupez pas assez profond, vous aurez le tétanos.»

La famille Tuvache, propriétaire de la boutique, est composé des être les plus désagréables qui soit : Mishima, le papa, Lucrèce, la maman, Marilyn, l’ado désespérée qui se trouve moche et pleure tout le temps, Vincent, le jeune adulte anorexique qui a mal à la tête en permanence et, finalement, Alan, le plus jeune, né après que les parents aient testé un condom percé, habituellement vendu à ceux qui veulent mourir d’une maladie sexuelle. Tout va bien pour la famille de malheureux. Tout, ou presque… Alan est un enfant difficile, il sourit, dit «Bonzour» aux clients, dessine des soleils, chante et claque des doigts. Bref, c’est un enfant rempli de joie de vivre… Horreur et science fiction pour les Tuvache qui se demandent bien ce qu’ils vont pouvoir faire avec lui!

Évidemment, le sujet est assez tabou, surtout lorsqu’il est traité avec humour. Mais c’est justement là tout l’intérêt de ce roman de Jean Teulé. Des baisers de la mort offert par Marilyn au parc d’attraction pour suicidaires inventé par Vincent, tous les détails dignes de la famille Adams sont présents dans ce livre.

Ce n’est pas le style littéraire qu’il faut chercher ici, mais bien une réflexion sur le bonheur de vivre, leçon qui nous est donné par le jeune Alan, tout sourire qui n’arrête pas de dire à sa sœur qu’elle est belle, à son frère qu’il est l’artiste de la cité. Le propos de Teulé est intéressant puisqu’il sort de l’ordinaire, puisqu’il ose parler de ces gens qui ont envie d’en finir lors de moments de détresse, d’ado qui veulent se donner la mort, mais pas vraiment puisque le Magasin des Suicides leur vend des bonbons dont un seul sur deux est mortel… la loi ordonne qu’on laisse une chance aux enfants quand même!

Le livre fait d’ailleurs l’objet d’un film d’animation qu’il sera possible de voir au printemps 2012 dans les cinémas! Voyez la bande annonce ici.

Oh, ce n’est pas un grand livre que cette drôle de fable à l’humour noir. Mais l’absurdité de l’histoire en vaut certainement la lecture. Divertissant!

Cliquez pour acheter Le magasin des suicides dans un librairie indépendante!

Vous aimerez aussi