Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patatesMais quel titre intriguant pour un roman!

Il y a de ces livres qu’on aimerait aimer, surtout lorsqu’une auteure que l’on apprécie en fait l’éloge. Anna Gavalda a dit, au sujet du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, que ce roman était «Absolument délicieux». Mes attentes étaient élevées.

Le rythme du roman est intéressant puisque tout le contenu est présenté sous forme de lettres ou de télégramme de Juliet à Dawsey, de Sophie à Sydney, d’Isola à Juliet, de Juliet à Mark, etc. Au début tout semble bien aller, puis vient le moment où certains personnages inutiles font leur apparition comme ce Markham Reynolds éditeur américain qui fait la cour à Juliet en lui envoyant des fleurs, en l’invitant au théâtre puis il disparaît sans demander son reste. On ramène même de vieilles histoires d’amour de Juliet, le temps d’une lettre pour ajouter une anecdote dont le lecteur aurait pu se passer.

Il faut toutefois souligner les passages plus historiques sur la guerre ainsi que les descriptions des paysages de Guernesey qui donnent envie de visiter cette charmante île.

Dans les dernières lettres, on sait tous ce qui va se passer, la chute est prévisible et, même si le roman est bien écrit, on referme ses pages un peu amère que Juliet ait trouvé l’amour aussi facilement, que Sophie, la meilleure amie, n’ai été qu’un élément de décoration qui aurait pu être remplacé par un journal intime et que le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates n’ai été qu’un prétexte a écrire un roman d’amour à l’eau de roses fanées.

Vous aimerez aussi